Tendances de couleur de cheveux pour 2016

Les tendances en matière de couleur des cheveux ont beaucoup varié en 2016, il y a de l’amusement avec des teintes vives, audacieuses et profonde… Des couleurs multidimensionnelle !.

Cette année, pourquoi ne pas vous prêtez à l’expérimentation de nouveaux regards et de nouvelles idées, avec plus d’options pour l’application de couleur que par le passé. Par exemple, si l’on voulait tenter une coloration pourpre, comme Kelly Osbourne, il y a des produits temporaires disponibles et si vous n’êtes pas prêt à faire le grand saut, il y a toute une série de couleurs qui est tout aussi branché. Avec les nombreuses tendances de couleurs différentes cette année, vous voudrez peut-être essayer plusieurs d’entre elles, si c’est le cas, vous avez de la chance! Il y a beaucoup de couleurs temporaires disponibles.

L’existence de la couleur qui recouvre la tige du cheveu, au lieu d’y pénétrer, signifie que votre couleur va progressivement disparaître au cours d’une période de quatre à six semaines de shampooing, ce qui signifie que vous êtes en mesure d’essayer en toute sécurité toutes les tendances de couleurs que vous aimez.

Les modèles de coiffure courte mi-longue pour la femme

La coiffure mi-longue, dégradée et effilée, est un excellent compromis entre la coupe de cheveux courte et la coupe de cheveux longue. Elle est adoptée par toutes celles qui veulent un juste milieu, qui ne veulent pas passer des heures à se coiffer le matin devant leur miroir, et qui ne veulent pas non plus tomber dans l’engrenage infernal des coupes régulières que nécessitent les coupes de cheveux courtes.

Les coiffures mi-longues dégradées et effilées sont faciles à porter et elles offrent de nombreuses variantes qui ont l’avantage de pouvoir s’adapter à presque tous les visages, qu’ils soient ronds ou longs. Elles s’adaptent également à merveille lorsque l’on a des cheveux fins, car le dégradé effilé permet de donner à la chevelure un semblant de volume tout à fait naturel. Elles conviennent également à celles dont les cheveux sont épais, car le dégradé effilé permet au coiffeur de désépaissir l’ensemble de la chevelure afin de lui apporter plus de souplesse et de mouvement.

Les coiffures mi-longues dégradées et effilées, pour qui ?

Les coiffures mi-longues dégradées et effilées se portent aux épaules, et offrent tellement de possibilités, qu’elles peuvent s’adapter à n’importe qui et à n’importe quel type de cheveux. Ainsi, que l’on ait un visage rond, ovale ou même triangulaire, on peut adopter ce style de coupe. Les cheveux épais en bénéficieront, car ils gagneront en souplesse et en fluidité, alors que les cheveux fins y gagneront en volume.

Les coupes mi-longues dégradées et effilées permettent aux cheveux bouclés de se discipliner, elles permettent d’apporter un nouveau ressort aux boucles fatiguées. Quant aux cheveux raides, allégés grâce au dégradé, ils gagneront en souplesse et paraîtront plus légers.

Différents styles de coiffures dégradées et effilées

Le dégradé de ces coupes peut être irrégulier, dans un look très créatif et sculpté par la création d’un air complètement échevelé. Cette coiffure nécessite des coupes régulières, mais s’avère par contre très facile à entretenir au quotidien. Elle ne nécessite aucun coiffage particulier.

Pour un style plus chic, le dégradé effilé peut partir d’un carré et être coupé bien net au niveau du menton. Le dégradé est alors régulier et se coiffe facilement. Il suffit d’un brushing rapide pour mettre les cheveux en place.

Pour les cheveux tout en boucles, optez pour un dégradé effilé qui tombe au niveau des épaules, et une raie sur le côté. Coupés de la sorte, les cheveux retrouvent de la structure, les boucles reprennent du ressort et sont beaucoup plus faciles à discipliner au quotidien. Lorsque les cheveux bouclés sont épais, cette coiffure dégradée et effilée permet de réguler cette épaisseur et de bénéficier des avantages qu’elle offre.

Le même dégradé peut être coupé plus court, au ras des boucles. Cette coupe permet de désépaissir plus encore des cheveux épais, et les boucles, coupées au rasoir, sont simplement texturées afin d’apporter un air moderne un peu échevelé. Ce type de coiffure mi-longue dégradée et effilée offre une réelle facilité d’entretien. Il suffit au quotidien d’appliquer un peu de mousse coiffante sur l’ensemble de la chevelure. Ensuite, avec le sèche-cheveux, on coiffe en rapportant les pointes vers l’extérieur de la coiffure. On peut également procéder au même coiffage sur des cheveux secs, en utilisant un fer en céramique.

Les coiffures mi-longues dégradées et effilées sont très en vogue, et s’adaptent donc à tous les styles, à tous les cheveux et à tous les âges. Ces coiffures sont toutes très faciles à entretenir au quotidien et se coiffent facilement en toutes occasions, ce qui est très appréciable lorsque l’on veut une coiffure qui s’adapte à toutes les situations.

Cheveux gras chez la femme enceinte

La grossesse est généralement l’alliée beauté des cheveux d’une femme. C’est en effet une période durant laquelle la chevelure est au top de sa forme, grâce au bouleversement hormonal que subit le corps.

Dès le début de la grossesse, l’organisme de la femme enceinte commence à produire plus d’hormones qu’en temps normal, et en particulier plus d’œstrogènes. Ce sont ces hormones qui sont particulièrement responsables de cette chevelure de rêve. Elles ont en effet le pouvoir de ralentir le vieillissement des cheveux et de maintenir artificiellement en vie ceux qui sont arrivés en fin de course. Elles ont également la vertu de stimuler leur croissance, ce qui donne comme résultat une crinière longue, épaisse et soyeuse.

Soyeuse parce que ces hormones, revers de la médaille, boostent également la production de sébum au niveau du cuir chevelu, cette sorte de graisse qui fait que les racines des cheveux paraissent toujours sales, même lorsqu’elles sont propres. Le sébum produit par le cuir chevelu se dépose sur toute la chevelure, la rendant bien soyeuse et brillante, mais quelques heures seulement. Ensuite, les cheveux sont réellement gras, et il faut les laver à nouveau.

Les cheveux gras chez la femme enceinte ne sont pas une fatalité, mais malheureusement, ils sont très courants. Et de nombreuses femmes font la même erreur : décaper leurs cheveux de manière à ne pas avoir à les laver trop souvent, de peur de les abîmer. Utiliser des shampoings trop décapants est une erreur. En effet, ils agressent le cuir chevelu, et du coup, boostent encore plus la production de sébum, car le cuir chevelu cherche à se défendre de cette agression de cette manière.

Lorsque l’on est sujette aux cheveux gras durant sa grossesse, mieux vaut se contenter tout simplement d’un shampoing qui est adapté aux cheveux normaux. Il constitue le bon équilibre entre les shampoings pour cheveux gras et ceux pour cheveux secs, et nettoie en douceur, sans agresser le cuir chevelu.

Si les cheveux sont vraiment gras et que l’on veut éviter de les laver tous les jours, il faut alors procéder à deux lavages consécutifs, tout simplement. Le premier lavage visera à éliminer l’excès de sébum, et le second, qu’on laissera poser quelques minutes avant de rincer, nettoiera la chevelure en profondeur.

Enfin, cet état ne perdurera généralement pas plus de trois mois après l’accouchement. Dès la naissance de bébé, la production d’hormones va revenir à la normale, et les cheveux gras retrouveront un aspect normal.
Traitement cheveux gras pour la femme enceinte

Permanente pour cheveux chez la femme enceinte

Être enceinte, cela signifie pour la plupart des femmes faire attention à son corps. Cela implique de faire attention à sa nourriture, mais aussi à tout ce que l’on utilise au quotidien : les produits ménagers, l’encre de l’imprimante, la litière du chat, et aussi les cosmétiques.

Une idée véhiculée sur certains cosmétiques capillaires serait qu’ils passeraient dans le sang via notre cuir chevelu, et qu’ils pourraient du coup empoisonner bébé. La réponse formulée sur cette idée est très nuancée, ce qui explique la réticence de beaucoup de femmes à continuer à se colorer les cheveux ou à les permanenter alors qu’elles sont enceintes. Pour autant, ce qui est vrai, c’est que les produits chimiques peuvent agir différemment sur une femme enceinte, mais il y a là une explication très rationnelle.

Pourquoi une réaction inattendue des cheveux aux produits chimiques ?

Lorsque la femme est enceinte, son organisme se met à fabriquer en grande quantité des hormones, qui sont responsables de nombreux bouleversements physiques et psychologiques.

Ces hormones agissent de plein fouet sur les cheveux, en modifiant leur nature. Ainsi, elles boostent leur durée de vie, et les cheveux arrivés normalement en fin de cycle renaissent et ne tombent pas. Cela procure aux femmes enceintes une chevelure dense et épaisse, phénomène qu’elles n’ont jamais connu auparavant.

Le cheveu, à cause de ces mêmes hormones, devient beaucoup plus sensible et plus réceptif à certains produits. Il arrive donc dans certains cas qu’il « bloque » l’action d’un produit, comme ceux utilisés pour les permanentes ou encore les colorations. Cela a pour conséquence une inaction complète de l’opération réalisée : après la permanente, les cheveux sont aussi plats qu’auparavant, comme si l’on n’avait rien fait.

Mieux vaut attendre la fin de la grossesse

Si la permanente est déconseillée lorsque l’on attend un bébé, cela n’est donc pas lié à une quelconque toxicité du produit utilisé, mais à une possible inefficacité du produit, parce que le cheveu n’y est pas réceptif à cause de sa sensibilité. On recommande donc plutôt d’attendre la fin de la grossesse pour recourir à la permanente. Toutefois, rien n’empêche la future maman de tenter l’expérience si son envie de boucles est plus forte que tout !
Permanente chez la femme enceinte durant et après la grossesse

Peut-on faire frisser ou lisser les cheveux durant la grossesse?

Une idée veut que les produits que les coiffeurs utilisent lorsqu’ils pratiquent des permanentes ou des défrisages permanents passent dans notre sang par le biais de notre cuir chevelu. Cette idée est vraie, mais il faut prendre les choses avec parcimonie. Certes, une dose infime de produit peut infiltrer le système sanguin, mais pas suffisamment pour que notre organisme réagisse. Donc, il n’y a pas de crainte particulière à avoir pour bébé.

Par contre, il est tout à fait vrai que la forte sensibilité des cheveux durant une grossesse peut faire complètement rater l’opération. En effet, durant la grossesse, la production accrue d’hormones fait grimper la production de sébum, rendant les cheveux légèrement plus gras. Ils peuvent donc réagir de manière différente, tant avec une permanente qu’avec un lissage, ou même une coloration.

Pour toutes celles qui ont l’habitude de pratiquer des permanentes ou des lissages permanents, et qu’aucun problème de « tenue » ne s’est jamais présenté, alors il n’y a aucune raison de se priver de ses bouclettes ou de sa crinière bien lisse.

Par contre, il est déconseillé de tenter sa première expérience durant cette période effectivement, car le cheveu étant plus sensible aux réactions chimiques, le résultat pourrait ne pas être celui escompté.

Par ailleurs, si une permanente ou un lissage sont sans danger, c’est à condition que les produits soient manipulés par des mains expertes, donc par un coiffeur. Il est alors fortement déconseillé d’acheter son kit à permanente et de la faire à la maison. Les dosages des préparations pourraient avoir des conséquences fâcheuses (cheveux brûlés, entre autres).

La femme enceinte peut donc parfaitement continuer à lisser ou à boucler ses cheveux à l’aide de produits capillaires, à partir du moment où il ne s’agit pas de la première expérience et qu’elle confie sa chevelure à un bon coiffeur, qui saura adapter le dosage des produits et qui appréhendera parfaitement la technique à utiliser ainsi que le temps de pose adapté pour un résultat optimal.
lisser et frisser les cheveux d'une femme enceinte

Perte de cheveux chez la femme enceinte

Chez la plupart des femmes, la chevelure se trouve modifiée durant la maternité. Elle est généralement au meilleur de sa forme, comme boostée, mais malheureusement, cet état ne dure qu’un temps et le retour à la normale s’accompagne de chutes de cheveux plus ou moins importantes.

Les cheveux durant la grossesse

Durant la grossesse, l’organisme de la femme enceinte émet un taux d’hormones très élevé, en particulier des œstrogènes, hormones qui stimulent la vitalité de la chevelure en prolongeant entre autres la durée de vie des cheveux.

La chevelure est alors plus dense, plus épaisse, plus brillante en raison d’une augmentation de la production de sébum qui se charge de les hydrater. Les cheveux qui auraient dû tomber, étant arrivés en fin de cycle, continuent de vivre, d’où la nouvelle épaisseur.

Ce qui arrive à l’accouchement

Au moment de l’accouchement, le corps de la femme revient à une production normale d’hormones. Les cheveux, qui étaient boostés par un surplus d’œstrogènes, sont donc soudainement privés de leur drogue de croissance et réagissent en conséquence.

Les effets de ce « manque » d’œstrogènes se font généralement ressentir deux ou trois mois après l’accouchement ou après la fin de l’allaitement. Les cheveux deviennent plus ternes, généralement plus secs, et ils tombent en plus ou moins grande quantité.

Ces cheveux qui tombent ne sont pas les « jeunes » cheveux, mais les plus anciens, ceux que les œstrogènes ont pu maintenir artificiellement en vie durant neuf mois. Ces cheveux auraient dû tomber, et le phénomène serait alors passé inaperçu. Cependant, comme ils ont été maintenus en vie, et que d’un coup ils sont privés de ce qui les faisait vivre, ils tombent tous d’un coup. Certaines femmes peuvent ainsi perdre jusqu’à 30 % de la densité de leur chevelure après leur accouchement.
En général, cette chute plus ou moins impressionnante s’arrête d’elle-même en quelques semaines, une fois que tous ces cheveux « anciens », arrivés en fin de vie, sont tombés. Toutefois, des cures de vitamines et des produits adaptés aux chutes de cheveux peuvent s’avérer utiles. En cas de doute sur l’importance de la chute de ses cheveux, une femme qui vient d’accoucher a donc tout intérêt à consulter un médecin.
Perte de cheveux chez la femme enceinte

Grossesse et coloration des cheveux

La grossesse est un moment privilégié durant lequel la femme voit son corps changer, pas toujours de manière avantageuse. Les cheveux, entre autres, deviennent souvent plus gras et ternes, et une coloration serait la bienvenue pour redonner un peu de pep à cette crinière défraîchie.

Seulement, peut-on se colorer les cheveux durant la grossesse ? En réalité, il n’existe aucune réponse formelle à cette question, certains affirmant que c’est sans danger, alors que d’autres soutiennent que les produits utilisés peuvent atteindre l’embryon et l’intoxiquer.

Une coloration qui ne prend pas

Il n’y a donc pas d‘interdiction formelle de recourir à la coloration lorsque l’on est enceinte. Toutefois, il faut garder en tête que, de par la production accrue de sébum par le cuir chevelu, les cheveux changent sensiblement de nature durant cette période. Cela implique que les cheveux peuvent réagir différemment à la coloration, tout comme aux produits des permanentes ou des lissages, d’ailleurs.

Ainsi, durant la grossesse, il arrive que la couleur pratiquée vire et prenne une teinte indésirable. Par exemple, un blond peut virer au verdâtre à cause de l’acidité temporaire du cuir chevelu. La coloration peut également mal tenir parce que la fibre capillaire n’aura pas correctement absorbé les pigments colorants. Il faut donc rester méfiante, surtout si l’on ne fait pas de colorations régulièrement.

Les colorations 100 % naturelles

L’option, pour toutes celles qui craignent d’utiliser des produits chimiques durant leur grossesse, est d’opter pour la coloration 100 % naturelle. Cette coloration, composée en intégralité de produits issus de la nature, ne comporte aucun produit chimique et reste donc parfaitement inoffensive, tant pour la maman que pour le bébé.

Les pigments des colorations naturelles sont extraits des plantes ou des minéraux : on peut donc retrouver de très nombreuses nuances. Le seul hic est une couleur un peu moins prononcée que lorsque l’on utilise une teinte chimique, mais les progrès réalisés en matière de cosmétiques végétaux ont permis d’obtenir de très bons résultats.

En conclusion, même si rien, médicalement, n’interdit de colorer ses cheveux durant la grossesse, la sagesse voudrait que l’on opte plutôt pour un produit naturel ou que l’on attende patiemment la venue de bébé pour procéder à la transformation.